Nos équipes spécialisées

Le Service départemental d’incendie et de secours de Saône-et-Loire s’appuie sur sept équipes spécialisées de sapeurs-pompiers formés et équipés pour intervenir dans des environnements particuliers, en soutien des sapeurs-pompiers engagés sur opération mais dont les moyens et la technicité deviennent insuffisantes pour faire face au contexte rencontré. Tour d’horizon de ces équipes qui démontre une nouvelle fois toute l’expertise et la technicité du corps départemental des sapeurs-pompiers de Saône-et-Loire.

Certaines actions de secours en montagne ou en milieu difficile d’accès ne peuvent être conduites que par des sapeurs-pompiers qualifiés et spécialement formés, nécessitant l’emploi de matériel et de savoir-faire adaptés à l’environnement particulier de l’opération. Il s’agit de l’équipe Secours en milieu périlleux (SMP), anciennement appelée GRIMP.
Cette équipe spécialisée intervient lors d’opérations en milieux naturels ou artificiels difficiles d’accès, que ce soit sur de la reconnaissance, de l’évacuation de victime, de sécurisation de biens ou du secours dans un environnement atypique. Relief montagneux, site industriel, immeuble, silo, milieu confiné, éolienne, ravin sont autant d’exemples d’environnements dans lesquels l’équipe SMP est susceptible d’intervenir dans le cadre d’opération de secours.
En Saône-et-Loire, l’équipe se compose de 10 chefs d’unité, 25 équipiers. Un conseiller technique départemental et son adjoint supervisent l’équipe SMP.

Le SDIS de Saône-et-Loire est doté d’une équipe secours nautique composée de nageurs sauveteurs aquatiques en eau intérieure (SAV) et de scaphandriers autonomes légers (SAL) appelés aussi plongeurs. Composée de sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, cette équipe est formée et équipée pour pouvoir intervenir en milieu aquatique, subaquatique, ou tout autre environnement particulier immergé ou semi-immergé qui nécessite une compétence et technicité d’intervention particulière (canaux, rivières, lacs, puits, courant, inondation…).
Le champ d’intervention de l’équipe concerne : Les  Sauvetages des personnes, des animaux et des biens en milieu aquatique, la reconnaissance, la sécurité des intervenants.
À noter que les nageurs sauveteurs aquatiques (SAV) et les scaphandriers autonomes légers (SAL) portent secours aux personnes visibles en surface et menacées de noyade. Mais dès lors que l’engagement subaquatique ou hyperbare est nécessaire, seuls les SAL peuvent intervenir et s’immerger.
L’équipe secours nautique a à disposition des moyens spécifiques tels que le Bateau moyen de sauvetage, le bateau léger de sauvetage, ou encore le bateau polyvalent de secours.
En Saône-et-Loire, l’équipe se compose d’un conseiller technique et son adjoint, 27 plongeurs (dont 9 chefs d’unité et 16 équipiers) et 25 équipiers nageurs sauveteurs. L’équipe secours nautique a été sollicitée sur 196 interventions en 2022.

L’équipe spécialisée en risque technologique est composée de sapeurs-pompiers formés pour intervenir sur des opérations relevant des risques et menaces chimiques, biologiques, radiologiques (dits aussi N-R-B-C).
Ces spécialistes peuvent être confrontés à des interventions spécifiques, tels que des incendies ou accidents sur site industriel, des accidents impliquant des transports de matières dangereuses, des odeurs suspectes, et tout autre situation pouvant mener à des risques biologiques (bactéries, virus…), radiologiques (irradiation ou contamination par une source sur un site industriel, un transport de matières radioactives) ou de pollution aquatique, terrestre ou atmosphérique.
En Saône-et-Loire, près de 80 sapeurs-pompiers composent cette équipe : 65 spécialistes RAD et RCH (équipes de reconnaissance et d’intervention de niveaux 1 et 2) et 14 cadres encadrants RAD et RCH (niveaux 3 et 4).

Par leur capacité de reconnaissance aérienne et leur rapidité, les drones sont devenus une aide précieuse à la prise de décision lors d’interventions de toute nature. C’est pourquoi le SDIS 71 bénéficie désormais d’une unité drone, composée de télé-pilotes sapeurs-pompiers formés (de niveau chef de groupe minimum).
Les missions opérationnelles dédiées sont : la reconnaissance, la détection, les localisations ; les recherches de victime ; la cartographie aérienne ; l’analyse de l’accessibilité et du zonage d’intervention ; l’inspection des ouvrages et structures ; l’analyse systémique ; l’estimation et la mesure (points chauds, ambiance thermique, vitesse de propagation d’un aléa…).
Le recours au drone permet notamment au commandant des opérations de secours (COS) d’apporter des éléments utiles à l’adaptation de sa stratégie grâce à l’interprétation des images reçues.
Le SDIS de Saône-et-Loire possède 3 drones et s’appuie sur les compétences de 6 sapeurs-pompiers télé pilotes membre de l’unité drone.

Le GREX est un groupe opérationnel mis en place dans chaque SDIS à la suite des attentats de 2015. Il intervient dans le cadre d’une attaque pour prendre en charge les victimes, les extraire et les ramener au point de rassemblement des victimes. Le GREX est composé de sapeurs-pompiers professionnels et membres du SSSM. Tous sont certifiés et habilités à porter les équipements de protection balistique composés entre autre d’un gilet et d’un casque balistique conformément à la doctrine opérationnelle nationale.
La particularité du GREX est d’être un groupe dit « concourant » : il intervient en soutien des forces de sécurité intérieure lors d’une attaque, et ne peut s’engager en zone contrôlée (une des 3 zones délimitées sur un lieu d’attaque) sans l’ordre ou le feu vert de ces derniers. Il y a bien un COS, mais qui intervient en support du COPG (Commandant des opérations de police et/ou de gendarmerie).
En Saône-et-Loire, l’équipe se compose d’un responsable départemental et d’un adjoint, d’une référente SSSM, et de huit référents répartis dans les quatre principaux centres d’incendies et de secours du département : Mâcon, Chalon-sur-Saône, Le Creusot et Montceau-les-Mines. À cela s’ajoutent des médecins et infirmiers SSSM et des sapeurs-pompiers professionnels de ces 4 CIS.

L’unité cynotechnique se base sur l’engagement d’un ou plusieurs binômes chien – maître-chien qui assistent les sapeurs-pompiers en intervention lors de missions de recherche de personnes disparues, ensevelies ou égarées. Après une formation spécifique, le chien a la capacité de détecter et localiser les victimes conscientes, inconscientes ou même décédées soit par la technique de pistage (recherche d’une personne spécifique sur la base d’une source d’odeur de référence) soit par la technique de questage (ce n’est pas une personne en particulier qui est recherchée mais toute personne éventuelle présente dans un secteur défini).
L’équipe se décline en trois niveaux de compétence : l’équipier qui assure avec son chien les opérations de recherche, le chef d’unité qui coordonne l’engagement des équipiers et enfin le conseiller technique et son adjoint qui coordonnent l’équipe spécialisée à l’échelon départemental.
En Saône-et-Loire, l’équipe cynotechnique est composée de 2 équipiers CYN 1 opérationnels (+1 en formation), pas de chef d’unité CYN 2 (pour le moment), et un conseil technique et son adjoint CYN 3.

Notons le lien fort du binôme, autre clé de réussite de cette équipe spécialisée !

L’unité de sauvetage d’appui et de recherche (USAR) permet d’intervenir en  matière de reconnaissance, de sauvetage et de sécurisation d’un site naturel ou artificiel effondré ou menaçant ruine, et pour lequel les moyens traditionnels des sapeurs-pompiers sont inadaptés,  insuffisants, ou dont l’emploi s’avère dangereux en raison des risques présentés. Les interventions les plus courantes consistent à reconnaître, dégarnir et venir en soutien des moyens traditionnels. L’encadrement de l’unité sont qualifiés pour faire de l’évaluation batimentaire d’urgence sur des éléments naturels ou des bâtiments qui ont subi une fragilisation suite à un feu, une explosion, un séisme, et présentent un risque d’instabilité. Enfin, grâce à leur compétence spécifique et leur matériel adapté, l’unité peut également intervenir pour de la manœuvre de force et de la désincarcération d’ampleur : poids-lourds, trains, métro, engins agricoles…

En Saône-et-Loire, l’unité USAR comprend 61 équipiers USAR 1, 14 chefs d’unité USAR 2 et 4 conseillers techniques USAR 3. Notons la grande complémentarité avec l’équipe cynotechnique dans la recherche de victime autre que par le matériel d’écoute.